ROLAND AE COLLIGNON

Il n'existe pas de diplôme pour les métiers qui n'ont pas d'école!

Vous n'êtes pas sur une page commerciale gérée par un administrateur!

 

Aujourd'hui, plus personne n’est dupe : il n'existe pas vraiment d'anonymat sur internet, nous sommes identifiés par notre adresse IP. Jouons carte sur table! Je pense qu'il est difficile d'exister sous un pseudonyme ou sous une autre identité et que la peur joue un rôle dans cette affaire. Qu'avons-nous à cacher, ou à craindre? Rien! Tout le monde sait que Jean Philippe Smet était "Johnny Hallyday", Zazie est Isabelle de Truchis de Varenne, Eddy Mitchell est Claude Moine, Maurane s’appellait Claudine Luypaerts, ce sont des stars. D'autres personnes occupant des fonctions ou positions élevées ne se montrent pas sous leur véritable identité et c'est à la fois légitime et compréhensible à ce niveau, mais je ne suis qu'un modeste citoyen, senior en plus. Roland AE Collignon est ma véritable identité, bien que je n'exposerai jamais mes états d'âme ni ma vie "privée" sur Internet. Je fais partie intégrante de la société où je m'implique pour tenter de lui apporter quelque chose qui lui manque. C'est positif. La demande n'est pas toujours énoncée, ni verbalisée, mais j'entends clairement ces appels silencieux et j'y réponds du mieux que je peux, c'est ainsi que j'ai lancé un partenariat local de prévention.

 

 

 

La « voyance », clairvoyance ou médiumnité ou quels que soient les noms qu’on lui donne appartiennent au monde spirituel. Les personnes dotées de ce don devraient prendre conscience qu'elles ne sont que des intermédiaires, des instruments entre les mains d’une puissance qui les dépasse et sur laquelle elles n'ont absolument aucun contrôle.

 

Difficile de résumer une vie en quelques mots...car elle a plusieurs facettes.

A 70 ans, on a - en principe- beaucoup d'histoires à raconter, j'ai écrit une biographie- en cours - pour laisser une trace. Ce qui est fait, est fait, le passé est derrière. 

Nous avons tous et toutes une potentialité et des latences à actualiser, certains le font, peu, d'autres pas, la majorité. Voilà ce qui transforme notre chemin de vie. J'ai  été transmuté.

A cette époque, la main jouait un grand rôle, l'informatique n'existait pas, on rencontrait les gens, on se voyait, on ouvrait un dialogue, on téléphonait peu. Il y avait encore des valeurs, l'amitié.

Tout se met en place durant l'enfance, on est guidé, puis elles se révèlent dans la trentaine, de façon fulugrante pour moi qui ai vécu un éveil foudroyant de l'énénergie vitale ( la Kundalini), ce qui m'a complètement transformé, transfiguré, en modifiant entièrement mes convictions, ma conception du monde et des hommes. J'ai eu ensuite une EMI, et ce que l'on pourrait comparer à des théophanies, ensuite, voir la "lumière blanche" est devenu coutumier. Beaucoup de personnes victimes de traumatismes ne parviennent pas à les gérer, ils rendent les autres responsables et se vengent. Beaucoup de personnes ignorent qui elles sont vraiment, si bien que leurs perceptions leur sauvent souvent la vie dans des circonstances dangereuses, elles sont averties. On pourrait citer des cas de personnes très douées et spirituelles, en n'oubliant pas que d'autres parmi elles ne se comportèrent pas en domestique de la société, en esclave, ils étaient rebelles, révoltés par les injustices, l'histoire n'en parle pas, mais ils ont existé. Je pense à Newton Knight et Wyatt Earp, au risque d'être dérangeant, il existe beaucoup d'hommes courageux qui ont défendu leur vie, leurs biens, leur famille à une époque où les hommes étaient solidaires.

J'ai ensuite étudié la musique, piano, violoncelle, puis je suis passé par l'Académie des Beaux Arts de Liège, j'ai commencé à écrire assez tôt et les pages du départ sont devenues des manuscrits. Je possède un graduat en génie civil que personne ne m'a jamais demandé, mais j'ai occupé des postes à responsabilité. Je connais bien le monde professionnel!

En fait, les arts étaient plutôt des moyens, des accessoires pour passer par-délà, car les Arts ont un roi dont ils ne sont que les sujets. La "voyance" est omniprésente dans la vie de ces personnes, pour les aider, à se façonner, c'est ainsi qu'ils passent aisément d'une discipline à l'autre. Il n'y a pas de mystère.

Des voyantes rencontrées à Liège dans les années 80 m'avaient proposé de travailler avec elles, en cabinet, parce qu'une amie leur avait parlé de cette facette "étrange" de moi, on avait ensuite ouvert un dialogue, mais j'étais persuadé que ce don devait rester en moi, c'était ma lampe d'Aladin. 

Je donnais beaucoup, ignorant que je ne faisais que me déprécier, me dévaloriser, car à défaut d'une rémunération, le don mérite d'être valorisé, mais tous ces gens emportaient tout sans jamais rien donner en échange. Les arts n'ont jamais été des activités lucratives pour moi, et je ne porte aucun jugement sur les autres. C'est un choix. 

J'ai compris plus tard que j'étais un serviteur, un instrument entre les mains de Dieu. Ma maman qui était une âme d'élite a consacré une partie de sa vie aux âmes souffrantes, 40 années... Un maître m'enseigna aussi la méditation et la méthode pour me libérer de mes souffrances, car la vie de cette famille génétique n'est guère facile, c'est un parcours de combattant, dans l'incompréhension, à tel point que je voulais me retirer dans un monastère qui m'a rapatrié dans la vie où j'avais, parait-il,  un rôle à jouer, de l'autre côté des murs.

Un songe impressionnant me conforta dans cette idée. Je n'avais pas le choix. On ne refuse pas cette offre. Je finirai donc ma vie au service des personnes qui viendront vers moi et je ferai le maximum pour les aider à atteindre leur objectif de vie. Il est écrit "frappe et on t'ouvrira".

La pratique des arts ne fait pas de moi un artiste. Je ne suis pas un artiste. J'ai simplement exercé des disciplines, des directions morales, la remise de ses sens en discipline puisque la vie est devenue un combat, c'est une éducation. Il n'y a pas d'étiquettes à poser.

Les personnes inclassables sont aussi celles qui observent et respectent les règles que les autres ne respectent ni ne s'imposent.